WILCO

Innovation santé : Comment les startups françaises redéfinissent les soins médicaux ?

29 Novembre 2023
Julia Lopez
Content & Community Manager
Logo - WILCO

De l’explosion fulgurante de l’IA à la révolution des thérapies digitales, le paysage médical est en constante mutation, façonné par des innovations qui promettent de transformer radicalement la  manière de prendre soin de nous.

Inès Pouradier Duteil, Program Manager spécialisée dans les enjeux de santé au sein de l’équipe Healthcare WILCO, joue un rôle central dans la synthèse et la compréhension des dynamiques qui façonnent l’avenir de la santé connectée.

Grâce à l’expertise pointue d’Inès, nous avons pu recueillir les propos éclairés d’Eric Garnier.

À travers cette interview exclusive, plongeons dans l’univers de la santé connectée et découvrons la vision d’Eric sur l’impact de ces technologies avant-gardistes. De l’analyse des enjeux cruciaux entourant le financement de l’innovation à la projection des tendances qui façonneront l’année 2024, ce spécialiste partage ses insights pour éclairer notre compréhension de ce domaine en constante évolution.

Quelles technologies contribuent à révolutionner la prise en charge des patients en France ?

Guillemets - Bleu

 Toutes les technologies qui exploitent les données liées au patient afin d’améliorer le diagnostic : par exemple l’exploitation de l’imagerie ou des prélèvements biologiques par une IA. Des diagnostics très précoces sont aujourd’hui rendus possible sur la base de très peu d’informations. Tout ce qui tourne autour de la télémédecine. On note aussi de grands progrès dans le domaine de l’oncologie notamment au travers de thérapies digitales et diagnostiques. Ce secteur est porteur car beaucoup de financements y sont alloués. Depuis une dizaine d’années, grâce aux CVC la plupart des laboratoires “externalisent” en partie leur R&D avec des BioTech qui travaillent sur l’immunologie, autour de l’apoptose…

Eric Garnier, Mentor WILCO 

Plus spécifiquement, que penses-tu de l’IA et des Dtx ?

Guillemets - Bleu

L’IA appliquée à la santé est un domaine de recherche en pleine expansion et dont l’avenir est très prometteur. C’est au cœur de la médecine du futur avec les opérations assistées, le suivi des patients à distance, les prothèses intelligentes, ou encore la prise en charge thérapeutique personnalisée grâce au recoupement et à l’exploitation des données patients. Il s’agit d’un outil puissant permettant d’apporter une aide diagnostic aux praticiens. Cela pourrait devenir un sujet sociétal car l’IA est parfois aussi performante pour poser un diagnostic que l’humain. Par exemple, le métier des radiologues risque de changer fortement.

Concernant les Dtx, il faut d’abord voir de quoi on parle : je pense que le terme d’outils d’amélioration des soins est plus approprié puisqu’il ne s’agit pas de remplacer totalement des traitements médicamenteux lourds. Il faut y voir des solutions qui viennent enrichir l’arsenal thérapeutique, certaines sont d’ailleurs remboursées. Par exemple, des outils permettent d’identifier précocement des maladies (telles que les maladies neurodégénératives) et de ralentir l’évolution de celles-ci. Ou encore d’éviter le recours à des anesthésiants (lors d’interventions chirurgicales légères) ou de bénéficier d’une amélioration de la meilleure qualité de vie lorsque l’on souffre d’affections longue durée comme le diabète ou la maladie de Crohn. Ces solutions revêtent donc une importance croissante, elles peuvent avoir un impact énorme notamment à l’échelle globale d’un parcours de soins.

Quels sont les facteurs qui favorisent ces réussites ?

Guillemets - Bleu

Parmi ces facteurs, il y a la puissance de calcul accrue des ordinateurs, la performance des algorithmes (en d’autres termes des IA), la formation des diplômés dans les technologies de l’information, le basculement des thèses d’investissement des VC’s vers l’IA et les Dtx.

Comment les industriels et structures de soins peuvent participer à soutenir le développement de l’innovation ?

Guillemets - Bleu

Il y a un problème de financement en France notamment si on compare avec les US. Il faudrait que les industriels au travers des CVC ou les acteurs du soin (mutuelles par exemple) participent plus activement aux côtés des BA et de la BPI à faire émerger des champions français. Aujourd’hui il n’y a pas de licornes françaises dans la santé. Doctolib et Alan optimisent le parcours patient, mais ne contribuent pas à l’amélioration directe des soins.

Les US ont aussi une approche plus holistique des problèmes de santé et ont créé des structures qui englobent tous les acteurs (hôpitaux / mutuelles / labo / etc.) et cela permet de disposer d’une force de frappe conséquente. Malgré tout, il existe de belles initiatives qui émergent en France dans la Silver Economy par exemple.

Pour les BioTech c’est plus complexe car le ROI est à beaucoup plus long terme. Il y a des structures qui ont un fort impact pour soutenir ces startups : les SATT, Accélérateur régionaux, subventions… Il y a encore du chemin à faire, on trouve du financement « early stage », mais dès qu’on sort de la préclinique les sommes requises sont plus importantes et la France a du mal à mettre en place les structures de financement ad-hoc. L’aversion au risque est moindre aux US, et ils ont donc su créer des écosystèmes très puissants. Par exemple, à Boston, il y a tout un écosystème spécialiste de la BioTech, MIT, Harvard, …  Bref tous les acteurs sont réunis au même endroit. En France, ça émerge néanmoins de plus en plus autour de pôles.

Quels sont les grands challenges du futur de la santé ?

Guillemets - Bleu

La maîtrise des frais de santé continue d’être une préoccupation majeure. Le coût de certaines thérapies, notamment dans le domaine de l’oncologie, atteint des niveaux élevés. Le principal challenge est donc de permettre un accès du plus grand nombre à des soins performants tout en évitant un dérapage des dépenses de santé. Pour cela, il faut avoir un raisonnement holistique et réfléchir à l’échelle du parcours de soin. Un diagnostic plus précoce ou plus précis grâce à l’IA aura certes un coût, mais permettra de traiter la maladie plus en amont et ainsi de réduire les coûts associés (Parkinson par exemple).

Et plus particulièrement sur les sujets de financement de l’innovation, dans le contexte actuel assez tendu ?

Guillemets - Bleu

Comme je disais tout à l’heure, il faudrait que les acteurs du financement, notamment la BPI, mais aussi les mutuelles et le secteur privé prennent conscience de la nécessité de favoriser le financement de l’innovation en santé, soit au travers de prêts, ou d’investissements. Côté sécurité sociale et instances de santé des textes sont en cours, mais il faut accélérer la prise en charge (cad le remboursement) des technologies et thérapies innovantes. Les enveloppes hospitalières dédiées à l’innovation sont encore trop faibles. En France sans remboursement, il est difficile de générer de l’usage.

Une tendance que tu as vue et qui va marquer 2024 ?

Guillemets - Bleu

Concernant le diagnostic, il y a de plus en plus d’avancées grâce à l’usage d’algorithmes pour examiner des prélèvements. Enfin, il y a ces temps-ci une forte émergence dans le domaine des neurosciences. C’est peut-être la prochaine tendance…

Les tendances

Les tendances healthcare